Realpolitik.tv, la géopolitique sur le net, depuis 2010. Site fondé par Aymeric Chauprade

République Bananière d’Ukraine, épisode 2

République Bananière d’Ukraine, épisode 2

République Bananière d’Ukraine, épisode 2

Épisode 2 : Parlementarisme et bandes armées
Xavier Moreau

Xavier Moreau

La ville de Kiev vit désormais sous le règne de la « Pax Bandera ». « Pravy Sektor » a annoncé qu’il ne comptait pas quitter Maïdan, ce qui en dit long sur la légitimité des élections du 25 mai. L’Union européenne validera peut-être cette nouvelle forme de démocratie contrôlée par la rue, qui sait ? La nouvelle URSS est assurée de la loyauté de la Rada grâce aux très efficaces patrouilles des milices de Svoboda et de Pravy Sektor. Ainsi, bien qu’encore majoritaire, les députés du parti des régions ont voté pour l’abolition du russe en tant que langue régionale. Gageons que, si les élus des zones russophones sont un jour laissés libres de rentrer dans leur circonscription en vie, la pilule sera dure à faire passer à leur électorat. Le très démocrate leader de « Svoboda », Oleg Tiagnibok, a encore beaucoup d’idées et de lois urgentes à faire passer sur l’interdiction des partis politiques, de la télévision russe, des anciens fonctionnaires du parti des régions… C’est à peu près le programme ségrégationniste de Franco Tudjman de 1990 à 1992 contre les Serbes de Krajina, poussant ces derniers à se soulever à lui infliger une série de revers militaires. Les Allemands et les Américains, avec la bénédiction de Milosevic, lui permettent d’épurer ethniquement la région entre mai et août 1995. La situation est cependant légèrement différente pour les « banderistes » ukrainiens, dont les plus radicaux ont d’ailleurs décidé de reprendre Koursk, Briansk et Belgorod aux Russes. Avec Vladimir Poutine en face, il est peu probable que beaucoup d’Allemands se portent volontaires pour recevoir une nouvelle raclée par l’armée russe, ou que les avions américains appuient l’offensive « banderiste ». En vue de cette attaque imminente, les « bandéristes » de Kiev ont commencé à dépouiller les automobilistes. Une mise en place tout-à-fait démocratique de l’impôt révolutionnaire.

Nous avions à plusieurs reprises expliqué que le premier problème de l’Ukraine était un financement de sa dette à court terme. Comme par miracle le gouvernement issu du putsh et l’Union européenne, et même la presse française, viennent de s’en apercevoir à leur tour… Il était temps. Oh miracle ! L’UE pourrait prêter $20 milliards à l’Ukraine. Même les États-Unis seraient prêts à mettre la main au porte-monnaie ! Quel dommage que les deux technocraties ne s’en aperçoivent que maintenant. $15 milliards pour l’Ukraine en novembre dernier et la cause était entendue. Évidemment, ni l’UE, ni les États-Unis ne vont consentir un effort financier de cette sorte. Si aide il y a, ce qui est peu probable, elle sera soumise à des conditions telles que l’augmentation de l’âge de la retraite, du prix du gaz pour les personnes physiques et privées, la baisse des prestations sociales, des salaires des fonctionnaires etc. Elle sera également étalée sur une bonne dizaine d’années. Rien de cela n’avait été exigé par la Russie. Les Ukrainiens, même de l’ouest, vont pourvoir commencer à faire leurs comptes. Comment l’UE pourrait expliquer à ses états membres sous perfusion, auxquels elle fait payer par des politiques de rigueur épouvantables, le moindre euro versé, qu’elle va se délester de $10 milliards pour embêter la Russie.

La mise sous-tutelle du parlement par les radicaux et l’attaque du bureau du gouverneur de Kharkov par les « banderistes » justifient pleinement le doute que vient d’émettre le Premier Ministre Medvedev sur la légitimité du pouvoir de la Rada actuelle.

C’est en Crimée que la situation a le plus évolué avec une volonté séparatiste affichée. Cela s’est traduit par l’élection d’un nouveau maire et la levée massive de volontaires par le « Russki Blok ». Rappelons que si à l’est de l’Ukraine se trouvent les Ukrainiens russophones, la Crimée est peuplée de Russes ethniques, qui ne se considèrent pas ukrainiens. La presqu’ile n’a historiquement aucun lien réel avec l’Ukraine. Les drapeaux russes ont été hissés à Kerch ou à Sévastopol, les groupes d’auto-défense se forment et il ne fait pas bon être « banderiste » dans la région. Le drapeau ukrainien y a été brûlé. Dans le sud de l’Ukraine également, à Odessa, une grande manifestation a eu lieu contre les « fascistes » de Kiev.

L’est de l’Ukraine aussi est secoué par des affrontements. Outre Kharkov, des coups de feu ont été échangés à Lugansk entre « banderistes » et un groupe local d’auto-défense.

La communauté juive de Kiev, après avoir été discrète pendant ces derniers jours, sans doute sous la pression américano-européenne, ne cache plus sa peur, comme le relate le quotidien Haaretz. Il y a peu de chance que les juifs d’Ukraine s’attirent la sympathie des histrions papillonnant autour de Bernard-Henri Levy. L’instauration du nouvel ordre mondial en Ukraine est à ce prix.

Xavier Moreau

Crédit photo : streetwrk via Fickr (cc)

Auteur

Xavier MoreauSaint-Cyrien et officier parachutiste, titulaire d'un DEA de relations internationales à Paris IV Sorbonne, spécialisé sur les relations soviéto-yougoslaves pendant la guerre froide. Fondateur d'une société de conseil en sûreté des affaires, installé en Russie depuis 14 ans, travaillant également sur l'Ukraine, le Kazakhstan et la Serbie.Voir toutes les publications par Xavier Moreau →

6 commentaires

  1. Greg
    Greg24 février 2014

    Excellent article! Concis et révélateur. . Je (on) compte sur vous pour nous informer de ce qui se passe et pourrait se passer en Ukraine.

    Une chose que j’ai du mal à comprendre c’est la passivité du gouvernement Russe et Ukrainien dans la lutte contre ce coup d’état. Par exemple, les russes savaient depuis au moins l’été 2012 que des groupuscules s’entraînaient en Ukraine pour « renverser » le gouvernement. Il me semble que ces gouvernements avait tous les renseignements pour empêcher pro activement cette prise de pouvoir ultra violente.

    Qu’est-ce que c’est que cette stratégie? C’est simple, il n’y en a pas eu!? C’est pour moi incompréhensible. Est-ce qu ce mouvement contestataire est a ce point puissant et violent, une espece de rouleau compresseur, pour qu’il soit absolument ingérable?

    J’ai du mal à y croire. Il me semble que Ianoukovitch sous conseil Russe ai délibérément laisser mener à son terme cette prise de pouvoir et les Russes aussi donc. Est-ce que la stratégie Russe est de permettre que cette prise de pouvoir aille à son terme et montre, dans le temps, son ignoble visage pour qu’il puisse contre attaquer à ce moment de manière légitime et massivement pour rêgler ce problème géopolitique de manière définitive?

  2. Charles
    Charles25 février 2014

    Cette « prise de pouvoir » est immédiatement une démonstration d’impuissance. Décréter l’abolition de la langue russe, qui est parlée par la moitié de la population d’Ukraine, n’a quasiment aucun effet pratique : les russophones continuent à parler, et dans l’est et le sud le russe continue à être employé comme langue officielle. A part terroriser les députés, interdire des partis politiques, mais dans une partie seulement du pays, et prendre quelques mesures idéologiques spectaculaires, que peuvent-ils concrètement pour faire bouillir la marmite, soumettre l’est et le sud dont ils ne vont plus rien recevoir ? Rien. Ils ne peuvent rien créer. Ils ont déjà perdu. Même s’ils ne vont pas fondre comme neige au soleil, ils n’ont aucun avenir.

  3. un croate
    un croate25 février 2014

    Bonjour Monsieur Xavier Moreau,
    Je me permets ce message afin d’apporter quelques précisions à votre analyse et vous poser quelques questions.
    La Yougoslavie ne fut qu’une illusion qui dura une soixantaine d’années dans l’histoire des Balkans tandis que la Croatie et son damier possèdent une histoire plus que millénaire, la Serbie ayant également existé bien avant 1945…
    Je ne sais pas si vos allusions aux serbes de Krajina des années 90 sont un mensonge ou une insulte, les serbes présents dans cette régions comme en Bosnie, issus de réfugiés des invasions bulgares et ottomanes, commencèrent en réalité à purifier ethniquement cette zone des croates catholiques en 1991 et décrétèrent cette partie de la Croatie « République Serbe de Krajina »…
    Avez-vous déjà mis les pieds Monsieur Xavier Moreau en Krajina avant ou pendant la guerre ?
    L’erreur des serbes fut de confondre les croates avec des palestiniens et l’issue des revers militaires ne fut vraissemblablement pas celle que vous croyez. Chaque génération de croates connu la guerre depuis des siècles, avez-vous connu la guerre dans votre vie Monsieur Xavier Moreau ?
    Donc déjà vous confondez les agresseurs (serbes et armée fédérale yougoslave) et les agressés (civils croates) car à ma connaissance les croates ne sont pas venus combattre les serbes en Serbie n’est-ce pas?
    Je ne vous en veux pas pour cette confusion car vous vous présentez comme « spécialisé sur les relations soviéto-yougoslaves pendant la guerre froide » et non historien spécialisé dans les Balkans, mais vos propos sont à la limite de la propagande serbo-communiste.
    Je comprends également que vous ne souhaitez pas froisser ceux qui vous font travailler: les russes, mais il semble que vous insultiez également le peuple ukrainien, pourquoi auraient-ils à choisir entre l’europe/usa et la Russie ? L’Ukraine n’appartient-elle pas aux Ukrainiens ? Il est donc légitime d’utiliser la langue ukrainienne en Ukraine et pas une langue étrangère, pour les mêmes raisons que les croates n’accepteront jamais l’utilisation de l’alphabet cyrillique à Vukovar ou ailleurs en Croatie, la langue de leurs anciens bourreaux Monsieur Xavier Moreau, connaissez-vous vraiment l’histoire de l’Ukraine ? Je comprends bien que stratégiquement ça pose un problème aux russes et à l’équilibre d’un monde « multipolaire », à mon grand regret, mais il serait préférable de trouver une solution amiable avec les russes, l’avenir nous dira si les ukrainiens sont des palestiniens…Ce n’est pas plus une république bananière que n’importe quel pays européen, d’Afrique ou du Moyen Orient sur lesquels s’acharnent des empires à les piller.
    L’Ukraine aux ukrainiens Monsieur Moreau ! La Croatie aux Croates et la France aux français !
    Bien à vous, un croate.

  4. Titsar
    Titsar27 février 2014

    Bravo, continuez SVP

  5. RL
    RL27 février 2014

    Quelle différence faites-vous entre un Ukrainien russophone de Crimée et un ukrainien russophone d’Odessa ou de Donetsk ? Ne sont-ils pas tous deux des Russes vivant en Ukraine ?

  6. Latsa
    Latsa2 mars 2014

    PAX BANDERA

    Ha ha ha ha TERRIBLE j’avais pas relevé ))

Répondre